Guy Laforest

Accueil » Non classé » Les députés dans la démocratie libérale représentative

Les députés dans la démocratie libérale représentative

English version follows

Depuis vingt ans les organismes scrutant l’état de la démocratie s’inquiètent de l’affaiblissement de la participation citoyenne. Partout, le cynisme et le désarroi semblent s’être installés à demeure. Quand des responsables sont mis en accusation pour des irrégularités reliées au financement des partis, comme cela vient de se passer au Québec, une telle tendance risque de s’accentuer. Pourtant chez les jeunes, j’en veux pour preuve les expériences récentes de mes nièces Anne-Sophie et Marie aux parlements d’Ottawa et de Québec, il y a encore un grand respect pour ces institutions et le désir de mieux comprendre leur fonctionnement. Dans cet esprit, voici quelques réflexions sur les rôles des députés en démocratie libérale représentative.

Les députés sont d’abord des législateurs. Même s’ils cèdent le leadership à ce propos aux détenteurs du pouvoir exécutif, ils contribuent à l’élaboration des lois. Ils sont actifs dans les débats, ils votent et jouent un rôle constructif dans la mécanique des amendements.  Législateurs d’abord, nos députés sont aussi des contrôleurs. Même si cette fonction revient au premier chef à l’opposition, il leur revient à toutes et à tous de surveiller l’action du gouvernement, de le contraindre à rendre des comptes. Les députés disposent d’une série de moyens pour interroger le gouvernement et pour mener des enquêtes sur son travail.

D’autres dimensions viennent compléter ce travail fondamental. Les députés sont en effet des représentants, à un double titre. Leur regroupement incarne la communauté politique. Cette symbolique est très puissante. Car réunis au parlement, les députés sont, bel et bien, le peuple. La fonction représentative vise aussi la circonscription d’origine des députés. Ils font entendre au parlement la voix de leurs commettants. Ils ne sauraient ignorer cette voix, tout en conservant l’obligation de juger pour eux-mêmes. Au parlement, le député reste une personne libre. Nos députés servent aussi de médiateurs entre leurs commettants et l’administration publique. Localement, ils se transforment en animateurs de groupe, participant à des centaines d’activités sociales à chaque année. Au cœur des débats publics dans nos régimes démocratiques, les députés deviennent des pédagogues de la démocratie. Collectivement, ils sont les premiers responsables de l’éducation à la citoyenneté. Ce sont également des ambassadeurs de notre société, participant à une pluralité de forums parlementaires internationaux, notamment avec les pays du Commonwealth et ceux de la Francophonie.

Les pathologies récentes de la démocratie semblent liées à une autre dimension. Car les députés ne cessent pas d’être des partisans. Ils participent à la vie interne de leur formation politique. Les dérapages actuels liés au financement des partis sont sans doute liés au silence déplacé de trop de députés sur les pratiques de leurs partis respectifs. Et dans les parlements contemporains, le musèlement des députés par la discipline de parti continue d’alimenter le cynisme des citoyens.

La démocratie représentative est un acquis de l’ère moderne. Nos libertés reposent sur elle. Et les députés y occupent une place incontournable, qu’il faut protéger et revivifier. En sachant apprécier le courage des élus qui sont en première ligne quand la démocratie est attaquée.

 

Members of parliament in representative liberal democracy

For twenty years the various bodies scrutinizing the state of democracy have warned about a decrease in citizen participation. Everywhere, cynicism and disarray seem to have taken hold. Whenever party officers are arrested for purported irregularities related to electoral financing, as has just happened in Québec, this trend is accentuated. Nevertheless, based on the recent experiences of my nieces Anne-Sophie and Marie visiting parliaments in Ottawa and Québec City, there is still out there great respect for these institutions and a desire to better comprehend their operations. It is in this spirit that I present here some reflections on the roles of members of parliament in representative liberal democracy.

Members of parliament are first and foremost legislators. Although they have abandoned leadership in this matter to the executive branch, they do contribute to the elaboration of laws. They debate laws, they vote them, and they play a constructive role in the mechanics of amendment. In addition, they are also controllers. Notwithstanding the key role of opposition members in this affair, all members partake in surveilling the actions of government and rendering it accountable. Elected members possess a series of means to question current government and enquire about the details of its work.

Other dimensions supplement these two fundamental aspects. Members of parliament are also representatives, and doubly so. Joined together they embody the political community.  This is indeed powerful symbolism. For when they meet in parliament elected officials are, indeed, the whole people. This representative function applies as well to the local riding of members. It is their duty to give voice to their electors when they sit in parliament. They cannot ignore their voice, while conserving the obligation always to judge for themselves. They always remain free persons. They serve also as mediators between their electors and public administration. Locally they are group animators, participating in hundreds of social activities every year. At the heart of public debates in our democratic regimes, they become real pedagogues of democracy. Acting collectively, they are thus the first trustees of citizenship education. They work as well as ambassadors for our society, joining many international parliamentary forums, for instance with countries of the Commonwealth and those of the Francophonie.

The most visible recent pathologies of democracy seem linked to a yet unmentioned dimension. For members of parliament never cease to be also partisans. They take part in the internal life of their respective parties. Current problems and scandals related to the financing of parties are partly caused by the misplaced silence of elected members acting as partisans. Moreover, in contemporary democracies, the silencing of members of parliament through the excesses of party discipline continues to feed cynicism in the population at large.

Representative democracy is a legacy of the modern era. Our freedoms remain dependent upon its survival. Members of parliament play a noteworthy role in this business. This needs constantly to be protected and revivified.  With the capacity to acknowledge the courage of our members of parliament, who stand in the first line of defence whenever democracy is attacked.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :